Industrie photographique | CD2E
Vous êtes ici :
Créer un compte   Connexion   
Industrie photographique

DD

Définition

   L’industrie photographique est scindée en 2 mondes bien distincts : l’argentique et le numérique.
   Les activités de l’industrie photographique telles que le cinéma, le développement, la radiographie ainsi que l’art graphique, se numérisent engendrant des impacts différents sur l’environnement.
-    L’argentique utilise des matériaux de diverses natures et génère des déchets qui peuvent être banals ou dangereux.
-    L’ère du numérique annonce une culture photographique de masse dopée par son côté pratique (stockage, exploitation, autonomie, prix…).

   Cependant, l’obsolescence instantanée du matériel, les accessoires annexes très nombreux et l’augmentation de la consommation d’électricité annoncent un large impact environnemental (charges batteries, exploitations informatiques, impressions…).
   La consommation mondiale de papier argentique se redresse sous l’impulsion de la demande de tirages numériques. La montée des albums photo est un phénomène généralisé sur l’ensemble des pays d’Europe.
   L’industrie photographique consomme des substances nocives, irritantes, inflammables et difficilement décomposables (métaux lourds comme l'argent, acides et bases, hydroquinone…).

Risques pour l’environnement :
Certaines substances présentent un effet inhibiteur en stations d’épuration : altèrent la qualité des boues de station d'épuration qui deviennent impossible à valoriser
polluent les sols et  les eaux  perturbant les écosystèmes détériorent la faune et la flore aquatique comme l’argent qui est très toxique pour les larves de mollusques

Risques pour la santé humaine :
  > Risque de contact: menace pour le personnel de collecte
  > Risque d’inhalation:
           - dégagements de vapeurs toxiques
           - les COV (composés organiques volatils) ont des caractéristiques mutagènes et tératogènes.
  > Risque d’ingestion: accumulation dans les maillons de la chaîne alimentaire
...

 Procédés photographiques argentique  numérique
 Accessoires annexes

 Piles - Pellicules

 Batteries - cartes mémoire
 Méthodes de tirage  Développement  Impression
 Techniques  Procédés chimiques: Révélation et fixation de l'image à l'aide de produits chimiques  Procédés physiques: Jet d'encre, Sublimation thermique, Laser
 Définitions - Pellicule photo : film plastique recouvert d’une émulsion.
- Emulsion photographique : couche de gélatine comportant des cristaux d’halogénure d’argent en suspension mais les émulsions modernes utilisent le bromure d’argent.
- Capture d’image : photosensibilité lorsque l’halogénure d’argent ou le bromure d’argent est exposé à la lumière, permet la formation d’une image latente
 - Jet d’encre : technique d’impression par projection de l’encre sur papier à travers des buses.
- Sublimation thermique : utilise de la cire pigmentée, chauffée à près de 200° C, qui passe instantanément de l'état solide à l'état gazeux puis, projetée sur la feuille, refroidit à son contact et redevient solide.
- Laser : technique d’impression qui fonctionne à l’aide d’un toner contenant de l’encre sèche, réduite en fine particule, ainsi qu’une résine sensible à la chaleur qui se fixe par chauffage sur le support d’impression.
- Tirage papier : en mode numérique, les photos sont développées sur un papier photo argentique de façon traditionnelle dans des bains photochimiques (74.4% des tirages numériques)
 Déchets: banals ou dangereux et/ou toxiques  Peuvent être solides (papier photo, supports photographiques recouverts d’une émulsion, chiffons souillés, films usés, métaux lourds : argent…),
liquides (révélateurs, bains d’arrêt, fixateurs, eaux de rinçage…) cf fiches: DDQD ; Solvants usés
-    CD, DVD (gravure) (plastiques)  
-    Cire pigmentée
-    DDQD (Déchets Dangereux en Quantité Dispersée)
-    Encre
-    papier photo
-    Toner

Compte tenu de la disparité des produits, un tri à la source est nécessaire pour réduire les déchets (par moins de gaspillage, moins d’emballages et moins de produits dangereux).
NB : Le label " Imprim'vert " est proposé aux professionnels qui s'engagent dans une démarche de réduction des volumes de déchets et d'optimisation de la gestion des déchets dangereux.

Chiffres clés

2,7 milliards  c'est le nombre de tirages papiers de photos effectués en France en 2008. (Future source)
13,6 millions c’est le nombre de films et prêts-à-photographier. (Source Sipec)
4,8 millions  c'est le nombre d'appareils photos numériques commercialisés en France en 2008. (Source Sipec)
3200 c’est le nombre de photo-spécialistes en France fin 2008. (Source API)

Règlementation
   Chaque producteurs ou détenteurs de déchets est responsable de l’élimination de ses déchets. (Code de l’environnement art. L541-2)
Il doit pouvoir en justifier la collecte et l’enlèvement par des prestataires agréés par la Préfecture.
Cette justification s’effectue par l’intermédiaire :
-    d’un Certificat d'Acceptation Préalable (CAP) du déchet avant enlèvement remis par le prestataire ;
-    d’un Bordereau de Suivi des Déchets Industriels Dangereux (article R 541-45 du Code de l’environnement) pour les déchets toxiques, qui permet la traçabilité des déchets (à conserver pendant 5 ans pour les producteurs et 3 ans pour les transporteurs).

   Les effluents doivent être stockés dans des conteneurs adaptés (bonbonnes de moins de 25 kg ou cuves transportables agrées de 0.4 à 1 m3), étanches et sur bacs de rétention. Les déchets doivent être triés et regroupés en vue de leur élimination ultérieure, sans mélange. Dans le cas contraire, le coût d’élimination sera basé sur le coût du traitement le plus élevé (déchets dangereux).

NB : Il existe une relation économique entre le mode de stockage et le traitement >> un petit stockage peut coûter plus cher que de gros volumes.

    Certains produits contenus dans ces déchets sont soumis au règlement sur le transport des marchandises dangereuses. (Arrêté ADR 2009)

Les rejets d’eaux usées :
    - Dans les égouts : Tout rejet, autre que domestique, dans le réseau d’assainissement collectif doit être préalablement autorisé par un acte administratif, le plus souvent délivré par le maire qui fixe les critères de qualité de l'eau avant rejet dans le réseau collectif (en concentration et en débit) : il s’agit de l’autorisation de déversement. En contre partie de l’épuration des eaux rejetées, la commune ou collectivité perçoit une redevance d’assainissement. (Article L 1331-10 du Code de la santé publique)
    - Dans le milieu naturel : Il est interdit de déverser des eaux industrielles ou domestiques dans le milieu naturel ou dans le réseau d'eaux pluviales sans prétraitement.
Le rejet doit être autorisé :
•    dans les eaux superficielles et souterraines: par le préfet (par instruction de la DDE ou de la DDAF - Direction départementale de l'agriculture et de la forêt),
•    dans le réseau d'eaux pluviales: par la collectivité propriétaire du réseau.

    L’Agence de l’eau Artois-Picardie(Nord, Pas-de-Calais, une partie des communes de la Somme, de l’Aisne et de l’Oise) dispose de budgets destinés à conventionner l’élimination des DTQD susceptibles de polluer l’eau.
        >> Consultez l’ensemble de la réglementation sur www.legifrance.gouv.fr.

Traitements et voies d'élimination/valorisation
   Les déchets issus des activités photographiques (code 09 de la nomenclature déchets) sont de natures variées. Il est important de s'orienter vers des filières de traitement adaptées.
    Les déchets dangereux sont signalés par un astérisque dans la nomenclature des déchets de l’industrie photographique.

 Déchets Responsables de l'élimination  Traitements
 Bains de révélateurs et fixateurs,
eaux de rinçage
     * - Révélateur : hydroquinone= évapo-incinération
- Fixateur : solution acide contenant entre autres de l'argent et des thiosulfates
- neutralisation chimique et récupération de l'argent:réinjection dans le process grâce à des électrolyseurs en ligne (réduction de la consommation de fixateurs de 50%)
- Eaux de rinçage :Récupération argent,Incinération en centre spécialisé
 Rebuts de films photographiques      *  Récupération argent - Incinération en centre spécialisé
 Solution de mouillage      *  Solution acide avec de l'alcool isopropylique des biocides et des résidus d'encre: Neutralisation chimique ,Incinération en centre spécialisé
 Emballages et chiffons souillés      *  -  **  Contiennent des produits essuyés ou absorbés : Incinération en centre spécialisé

 Récipients de produits de développement      *  Restes de produits dangereux pour l'environnement (encres, solvants usés, fixateurs, révélateurs, ...)
- Réutilisation pour fûts ou conteneurs
- Valorisation énergétique du plastique après broyage
- Incinération en centre spécialisé
 Encres et résidus d'encre      * * *   Pouvoir colorant et produits nocifs pour la faune et la flore
- Réutilisation par mélange de ces encres pour obtenir de l’encre noir
- Incinération en centre spécialisé
 Toner      * * * - Reconditionnement
- Désassemblage et reconstruction
- Incinération en centre spécialisé

*   prestataire agréé
**  déchetterie
*** reprise par les fournisseurs
 
> Valorisation matière
Par réutilisation (bains fixateurs réutilisés jusqu’aux limites des possibilités techniques) et par récupération (argent par exemple).
> Valorisation énergétique
Par récupération de la chaleur produite lors de l’incinération des déchets non valorisables.

Liens utiles

Le site Internet legifrance.gouv.fr, pour plus de détails sur la réglementation en vigueur
Arrêté ADR 2009
Commission européenne, Prévention et réduction intégrées de la pollution, document de référence sur les meilleures techniques disponibles en ce qui concerne les industries de traitement des déchets, août 2006

GMI, Le traitement des déchets dans l’imprimerie et l’industrie graphique, décembre 2006
OPI,Observatoire des professionnels de l’image, Edition 2009

Portail USPII : Union des Syndicats Professionnels de l’Image et de l’Information

SIPEC Syndicat des entreprises de l’Image, de la Photo Et de la Communication

SNSII Syndicat National des Supports d’Image et d’Information

CFP Confédération Française de la photographie