Déchets de peinture, vernis, encres et colles | CD2E
Vous êtes ici :
Créer un compte   Connexion   
Déchets de peinture, vernis, encres et colles

DD

Définition
Ces produits génèrent des déchets à charges polluantes organiques et sont constitués de mélanges complexes de constituants issus de 4 grandes familles :
  - les liants : sont considérés comme les plus importants (peinture « Alkyde » ; vernis « felxo » ; encres « acrylique » ;  colles « époxydique »).
  - les solvants : ils possèdent les propriétés de fluidité qui permettent la fabrication et l’application (200 composés chimiques).
  - les additifs : ils sont utilisés pour modifier certaines caractéristiques de la fabrication et apporter au produit de nouvelles propriétés.
  - les matières pulvérulentes sont principalement :
           > les pigments, ils apportent  opacités et couleurs et d’autres propriétés spécifiques comme l’anti-corrosion, anti-feu. Ils peuvent contenir des dérivés métalliques (Pb ; c ; zn ; fe ; Al ; Cu ; etc.). Certain disparaissent des formulations (cd ; Hg ; As ; etc.).
           > les matières de charges pour le renforcement mécanique et le contrôle du brillant.

Gisements
En France, la production Française du secteur "Peintures, vernis, encres et colles" s'élève à 1 566 186 t ( FIPEC 2006).

Catégorie de produit Pourcentage % Tonnage en 2005
Peintures et vernis 60,7 951 940
Encres d'imprimerie 5,8 92 257
Colles et adhésifs 33,3 521 989
TOTAL de la filière 43,3 1 566 186

Source: rapport d’activité de la  FIPEC 2006 « production française 2005 »

Les préparations à base de solvants tendent a être remplacées par des produits dit « vert » à base d’eau (peintures, encres et vernis base aqueuse, peintures poudre, colles thermofusibles, produits à hauts extraits secs, photoréticulables…). Cette évolution du marché correspond aux nouvelles attentes environnementales et réglementaires (réduction des COV, rénovation des matériels faciles, traitement des déchets simplifiés).

En peinture, les déchets de pré consommations produits chez le fabricant sont estimés à 40 000T.

Cadre réglementaire

Interdictions générales : Les déchets de peinture ne doivent être ni abandonnés, ni brûlés à l'air libre, ni rejetés dans le milieu naturel, le réseau d'assainissement ou les ordures ménagères (Règlement sanitaire départemental type - Circulaire du 9 août 1978).

L’arrêté du 29 mai 2000 (JO 13/08/01)  transcrit en droit français les dispositions relatives à la réduction des émissions de COV dues à l’utilisation de solvants. Elle doit permettre une réduction de 57 % des émissions des sources fixes en France entre 1997 et 2010.

Chaque producteur ou détenteur de déchets est responsable de l’élimination de ses déchets (article L 541-1 du Code de l’environnement, version du 3 Juillet 2003). Depuis le 1er juillet 2002, les installations d'élimination des déchets par stockage ne seront autorisées à accueillir que des déchets ultimes (non susceptible d’être traités) (Art. L.541-24).

Un emballage souillé doit être considéré comme dangereux tant qu’il n’a pas fait l’objet d’un traitement approprié, adapté à la fois aux matériaux constituant l’emballage mais surtout aux produits contenus, par une installation autorisée à recevoir ce type de déchets. >> Voir fiche emballages souillés

Collecte, tri et stockage
Un Bordereau de Suivi des Déchets Dangereux (BSDD) doit être obligatoirement établi pour les DIS. Ce document est à conserver 5 ans (3 ans pour les transporteurs), il permet la traçabilité des déchets industriels dangereux (Document CERFA n°12571*01*R).

Des labels « verts » visent à promouvoir la gestion des déchets dangereux (tri, collecte, valorisation..) et  leurs traitements (ex : « Imprim’vert », « NF Environnement »). De même, ces déchets peuvent être collectés par des entreprises spécialisées, organismes ou fabricants (ex : la collecte « produits dangereux de la FFB 59/62 »).

Le stockage temporaire doit se faire dans un local spécifique, identifié, bien ventilé et ayant un bac de rétention pour les déchets liquides.

Voies d'élimination et de valorisation

Réduction à la source

- En augmentant les volumes des contenants ou en utilisant des conteneurs navettes => moins d'emballages souillés à gérer.

- En utilisant des chiffons réutilisables (nettoyage par des sociétés spécialisées, circuits labellisés imprim’vert, etc.) pour diminuer les déchets dangereux.

- En achetant des solvants plus performants et moins toxiques (réduction des COV à la source) => des peintures sans plomb, des peintures en phase aqueuse, polymérisables, en poudre…

- Cela passe aussi par des techniques et procédés d’utilisations plus économe (application des peintures par pulvérisation électrostatique, par bain fluidisé, par trempé).

Valorisation matière

La régénération des solvants et peintures : par la distillation simple (blanchiment), on sépare  la partie solvant des impuretés non volatiles (pigments de peinture…) contenues dans le solvant usé pour une réutilisation.

Les boues (à base de peinture acrylique, polyuréthanne ou synthétique, de diluant et de poussière de ponçage) peuvent être réutilisé dans la fabrication de peintures (surtout les peintures plastiques antigravillonnaires) et les pigments de peinture peuvent être réutilisés dans la coloration du béton en construction.

Les encres et ses résidus sont de plus en plus récupérés pour être valorisés par séparation des composés puis en les mélangeant afin d'obtenir de l'encre noire.

Valorisation énergétique

La séparation des phases : par voie physicochimique ou par évapo-incinération : Cela  consiste à séparer la phase aqueuse de la phase organique, en vue d’une meilleure incinération de la phase organique.

Les déchets (notamment sous forme de boues) peuvent être incinérées en :
- cimenteries : les déchets liquides directement et les déchets pâteux ou solides après prétraitement, c'est-à-dire mélangés avec un matériau absorbant (par exemple de la sciure), avant d'être introduits dans le four. Cependant, ce procédé n'est pas applicable aux boues floculées qui posent problème pour l'obtention d’un mélange intimement lié. Ces déchets doivent être sans teneur en halogènes organiques et de faible concentration en métaux lourds.
- Centre d’incinération pour déchets dangereux : (déchets cyanurés, organochlorés, ..) ils nécessitent une température d’au moins 1200°c, un temps de séjour de 2 sec minimum et une neutralisation des gaz (produits organochlorés).

Les sous produits de combustion devront être stabilisés et stockés dans un centre pour déchets ultimes.

Mise en décharge

Il faut limiter la mise en décharge (centre de classe 1) à des déchets ultimes. En l'occurrence, il s'agit des résidus secondaires issus de l’incinération ou des déchets qui ne sont pas valorisables après stabilisation (ex : poudre d’encre de toner d’impression).

Liens utiles

 

Sites Internet :
www.fipec.org: "Fédération des industries des peintures, encres, couleurs, colles"

www.ficg.fr: "Fédération de l'imprimerie et de la communication graphique"
www.inrs.fr:  "Institut national de recherche scientifique"
www.dechets-chantier.ffbatiment.fr:" opération déchets de chantier de la ffb"
www.imprimvert.fr: "L'imprimerie durable"
www.feica.com: "Fédération Européenne des Industries de Colles et Adhésifs"

Documents à télécharger :
FICG, Eco-guide, métiers de l'imprimerie sur la gestion des déchets 

INRS, Aide Mémoire "Peintures en solvants Composition, risques toxicologiques, mesures de prévention"