Verre | CD2E
Vous êtes ici :
Créer un compte   Connexion   
Verre

DND

Définition

Source « Valorisation et traitement des déchets en Picardie »Edition 2003 Ademe CR Picardie

Le verre récupéré est constitué de :

• Verre industriel provenant des professionnels (embouteilleurs, négociants en vin, restaurateurs,  miroiteries,...)

• Verre issu des chantiers de destruction du bâtiment

• Verre des automobiles en provenance des garages et des véhicules hors d’usage

• Verre ménager qui représente 13% du poids des ordures ménagères

Chiffres

La fabrication d’une tonne de verre nécessite : 700 kg de sable de bonne qualité, 280 kg de calcaire, 230 kg de carbonate de soude, 30 kg d’additifs divers et une température de fusion de 1 500°C.

Quant au recyclage d’une tonne de verre, il nécessite 1 tonne de calcin (verre broyé) et une température de 1 000°C. On estime en France qu’une bouteille sur deux est recyclée. Le rendement moyen de la collecte nationale est de 25 à 31 kg/hab/an.

Réglementation

Le décret du 13 juillet 1994 relatif aux déchets d’emballages industriels et commerciaux rend obligatoire la récupération des emballages en verre en vue de leur valorisation.

Ainsi l’industriel doit :

• Trier et stocker des emballages dans des conditions propres à leur valorisation future

• Valoriser les emballages, soit par ses propres moyens, soit en les cédant par contrat

Le décret du 1er avril 1992 relatif aux déchets d’emballages dont les détenteurs finaux sont les ménages fait obligation à tout responsable de la mise sur le marché de produits emballés de contribuer ou de pourvoir à l’élimination de l’ensemble de ses déchets d’emballages.

Trois possibilités sont offertes à ces industriels :
• Mettre en place un dispositif de consignation de leurs emballages

• Organiser eux-mêmes la reprise de leurs emballages en vue de leur valorisation

• Transférer leurs responsabilités à des organismes agréés par les pouvoirs publics

Valorisation

Collecte
La quantité de verre récupérée en 2000 est de l'ordre de 1,7 millions de tonnes, dont :

• 150 000 tonnes d’origine industrielle

• 1 555 000 tonnes provenant des collectes sélectives des ménages

La croissance des collectes sélectives communales est remarquable puisqu'elle procure 90% du verre  récupéré au niveau national.

En 20 ans, la collecte sélective a été multipliée par 15, aboutissant en 2000 à une récupération de 50% des emballages en verre. Le progrès des rendements de collecte passe par une meilleure sensibilisation de la population et surtout par la multiplication du nombre de conteneurs et l'optimisation de leur implantation. À terme, il en résultera également une amélioration de la qualité du verre récupéré avec notamment un tri par couleur.

La consigne
Les emballages en verre consignés collectés peuvent être réemployés après tri et nettoyage.
Le système de consigne concerne 20% des volumes embouteillés.

Le verre est recyclable à l’infini et à 100%, ce qui veut dire que, tout ce qui est récupéré est effectivement recyclé, et ceci de façon continue.
Une fois collecté, trié, nettoyé et broyé, le verre est transformé en calcin et livré aux usines verrières sous certaines conditions de conformité à un cahier des charges établi par la Chambre Syndicale des Verreries Mécaniques de France. Le calcin entre aujourd’hui pour 50% en moyenne dans la fabrication du verre et le gisement français permet l’approvisionnement en calcin de toutes les verreries françaises d’emballages creux.

Certains verres plus techniques conçus pour des utilisations spécifiques (pare-brise feuilletés, lunettes arrières dégivrantes, verre des écrans d’ordinateurs...) contiennent des matériaux difficiles à séparer et sont recouverts de dépôts minces de produits chimiques rendant leur traitement difficile. Quelques unités pilotes se sont lancées dans le traitement de ces verres afin de fournir aux utilisateurs la qualité de calcin exigée.

Pour la verrerie de laboratoire, des possibilités de valorisation existent (le borosilicate peut servir à la fabrication de laine de verre, le sodocalcique est compatible avec le verre ménager et peut donc être valorisé de la même façon). D’autres filières de valorisation sont sans doute encore à inventer ou à développer.

Aspects techniques

L’introduction de verre récupéré et recyclé sous forme de calcin dans le four des industriels verriers permet un meilleur rendement calorique. Cette matière première secondaire a la caractéristique essentielle de fondre plus rapidement que celui des matières vierges (silice, chaux, soude...).

Ainsi, chaque tonne de calcin incorporée au lit de fusion permet de diminuer la température de fusion d’environ 30% et d’économiser 100 kg d’équivalent pétrole dont 40 kg pour la fusion du verre et 60 kg en évitant l’extraction, le traitement et le transport des matières premières.

Liens utiles

www.ademe.fr

Le portail français du verre: www.verreonline.fr

www.verre-avenir.fr

Fédération française des professionnels du verre: www.verre.org

Au nivveau européen: http://www.glassforeurope.com/en/