Un été 2020 très chaud pour la ressource EAU ! | CD2E
Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies

Un été 2020 très chaud pour la ressource EAU !

Touchée depuis maintenant plusieurs années par des périodes estivales très chaudes (synonymes de sécheresse) accrues par le dérèglement climatique, la ressource en eau est fortement menacée.

Alors qu’en juillet 2018, « seuls » 22 départements français étaient touchés par des restrictions d’eau, 73 départements étaient concernés à la même période en 2019. Qu’en est-il pour 2020 ?

ressource eau

Des étés qui se ressemblent …

L’été 2020, suit le même chemin que son prédécesseur. Le 19 août, 77 départements français étaient concernés par des restrictions d’eau, d’après le site ministériel Propluvia. La sécheresse devient donc un phénomène de plus en plus récurrent en période estivale sur le territoire français. Dans les années 1960 seuls 5% du territoire étaient concernés, alors que dans les années 2010 cela concernait 10% du territoire.
L’augmentation des températures provoquant un accroissement des phénomènes d’évaporation des eaux et d’évapotranspiration de la végétation combinée à une pluviométrie faible, sont autant de phénomènes qui accentuent les risques de sécheresse importante à cette période de l’année. De plus, tout cela s’accompagne du problème d’imperméabilisation des sols dans les zones urbaines, qui entraîne une dessiccation des sols et accroit le risque de ruissellement et d’inondation.

Pourtant, il est vital de trouver des solutions, l’eau douce étant une ressource essentielle pour la production d’énergie, l’industrie, mais aussi et surtout pour la vie quotidienne des Français.

La biodiversité, les milieux naturels, l’agriculture : les grandes victimes de cette sécheresse

L’augmentation globale des températures, amplifiée par le changement climatique a des conséquences sur la biodiversité, les espèces sont menacées ! Dans les forêts les arbres s’assèchent, meurent, sont touchés par des maladies et doivent parfois être abattus afin d’éviter tout accident lié à leur chute. Les zones humides disparaissent et le débit des cours d’eau ne cesse de diminuer, impactant la biodiversité de ces écosystèmes. En temps normal la plupart des espèces peuvent s’adapter aux changements de leur milieu de vie, mais le phénomène de sécheresse est tellement rapide et récurrent qu’il rend toute adaptation impossible.

Autre victime des changements climatiques : l’agriculture. Les agriculteurs et les éleveurs sont fortement touchés par la sécheresse présente depuis le printemps, c’est pourquoi, le ministre de l’agriculture, Julien Denormandie a mis en place des mesures pour aider les agriculteurs et les éleveurs à surmonter cette période difficile. À celles-ci, s’ajoute une prise en considération importante des agriculteurs dans le plan de relance afin de les aider à s’adapter aux conséquences du changement climatique. Ces derniers vont aussi bénéficier d’aides afin d’investir dans du matériel permettant l’optimisation de la ressource eau.

Quelles sont les solutions pour lutter contre de nouvelles périodes de sécheresse intense ?

Face à ces sécheresses importantes plusieurs solutions sont possibles. Permettant de stocker facilement l’eau et de la réutiliser en temps voulu, la construction de barrages fait souvent figure d’évidence. Pourtant, est-elle vraiment la technique la plus efficace et profitable à l’environnement ? En effet, elle soulève beaucoup de questionnements, comme : comment éviter l’évaporation rapide de la ressource lors de fortes chaleurs ? Pourquoi construire des barrages s’il n’y a plus d’eau pour les agrémenter ?

D’autres solutions existent, comme aménager des villes moins urbanisées, comportant plus d’espaces verts ou utiliser des techniques de perméabilisation des sols. Certaines collectivités ont déjà mis en place des solutions de perméabilisation des sols avec des chaussées réservoirs, c’est par exemple le cas de la Métropole Européenne de Lille (MEL) avec son projet SEDIMEL !
Enfin, la contribution de tous les citoyens, peut avoir un impact positif important. Outre une consommation plus raisonnable de l’eau, si d’ici à la fin du 21ème siècle les accords climatiques sont respectés et les émissions de gaz à effet de serre limitées on peut espérer diminuer ces périodes de sécheresse intense à répétition.

Le phénomène de sécheresse, est un problème qu’il faut solutionner rapidement. Le risque, qu’il s’accentue encore plus sur l’ensemble du territoire français n’est pas à négliger, voire très probable.

Pour aller plus loin