La biodiversité au service de l’industrie | CD2E
Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies

La biodiversité au service de l’industrie

Un process vertueux pour une entreprise à mission vertueuse : GECCO recycle les déchets et préserve la ressource en eau.

Pour continuer notre série d’exemples d’industries qui ont travaillé "avec la nature", on se tourne aujourd’hui dans la banlieue sud-lilloise et on va toquer à la porte de l’entreprise GECCO.

Si l’entreprise est bien connue pour son activité principale de collecte/traitement et recyclage des déchets de la restauration et plus spécifiquement des huiles usagées issues des établissements et des friteries nordistes, on souhaite mettre l’accent aujourd’hui sur l’envers du décor et notamment sur l’outil de production.
 
En effet, si l’entreprise permet de recycler un déchet pour en faire une matière première à l’autre bout de la chaîne, elle a aussi voulu être exemplaire dans son fonctionnement au quotidien. La CCI Hauts de France, à travers les dispositifs REV3 et "Industrie du Futur" de HdFID, l’a aidée dans cette démarche. Et la solution choisie est audacieuse, à savoir copier la nature et amplifier ses effets afin de produire de façon responsable.
Développer l’activité industrielle de bioraffinerie a conduit l’entreprise à repenser l’ensemble de ses consommations et notamment ses consommations en eau. Nul besoin d’une eau "potable" pour nettoyer outil de production et camions de livraison. L’eau tombée du ciel est bien suffisante. Mais plutôt que d’opter pour une simple collecte de l’eau de pluie, l’entreprise a réfléchi à la pose d’une toiture végétalisée. Cette option permet de "tamponner" le ruissellement de l’eau et de mieux collecter l’eau de pluie. C’est un aménagement précieux qui, en plus de mieux gérer l’infiltration des eaux de pluies à la parcelle, permet aussi un maintien de la biodiversité et une diversité de paysage d’autant plus importante dans les zones d’activités.

Utilisation de l’eau en circuit fermé et implantation de sa propre station d’épuration

Mais ce n’est pas parce que Gecco récupère de l’eau qu’elle ne pense pas à en économiser aussi. Preuve en est la façon dont elle lave ses bacs de collecte. Plutôt que d’utiliser l’eau du réseau afin de les nettoyer, l’entreprise a cherché une solution modérant l’utilisation de l’eau, ce qu’elle a trouvé grâce à Safety Kleen qui leur permet d’avoir une laveuse de fûts fonctionnant en circuit fermé et valorisant les eaux grasses ainsi récupérées par des voies de compostage ou méthanisation.
Mais la réflexion ne s’arrête jamais chez Gecco, une nouvelle voie s’est engagée sur l’épuration et le traitement des eaux usées. Deux options se présentaient à l’entreprise : une collecte et un traitement par la collectivité locale ou implanter sa propre station d’épuration sur le site d’Avelin. C’est cette deuxième option qui a été retenue avec un défi : Faire en sorte que la station d’épuration remplisse les mêmes rôles de maintien de la biodiversité et de diversification paysagère sur le site.
Les idées ont alors été multiples mais la réalisation d’une station d’épuration alternative semblait être la meilleure solution. Par alternative, comprendre alternative aux traitements physico-chimiques classiquement mis en œuvre en industrie. Après avoir validé la possibilité technique (et nous tenons bien à préciser ici que ces solutions ne peuvent malheureusement pas être mises en œuvre dans toutes les industries), les choix d’implantation, les choix des végétaux épurateurs, des végétaux à fonction plus ornementales, ont tous été fait en prenant en compte l’aspect paysager. Le but étant de casser les lignes industrielles et de faire en sorte autant que possible, d’intégrer l’industrie dans son environnement.

Des résultats très satisfaisants, et la fierté d’appartenir à une entreprise responsable

Résultat : une baisse des consommations significative (80% d’estimation au jour de l’étude), une station d’épuration à filtres plantées de roseaux, une toiture végétalisée qui renforce en outre l’efficacité énergétique du bâtiment… Enfin de façon incalculable, une externalité positive qu’est le sentiment d’appartenance à une entreprise responsable !
Et financièrement me direz-vous ? Financièrement l’installation d’une station de collecte des eaux de pluies à un coût, mais dans le cadre d’une action globale, des subventions peuvent être demandées aux agences de l’eau. Des aides existent aussi pour les stations d’épurations alternatives. Résultat pour l’entreprise, près de 40% de subventions pour leur investissement et un ROI de moins de 5 ans ! C’est un temps qui peut paraitre long à l’échelle de l’entreprise mais qui est relativement intéressant pour les industries dont les process sont généralement installés pour des dizaines d’années !

En conclusion qui a dit que biodiversité et industrie ne fonctionnaient pas main dans la main ? Recycler ses déchets en préservant la ressource, en maintenant la biodiversité et en créant du lien social c’est possible chez Gecco ! Et chez vous, c’est pour quand ?

Auteur : Michaël Verdier, Chargé de projets Développement Durable pour REV3 AquaPRIS.

logos REV3 CCI HDF Gecco